Poinso-Chapuis
Lycée Professionnel
Marseille
 

Propagande et enrôlement : outils de guerre

mercredi 22 mars 2017, par Igor Le Derrey


Jeudi 9 mars 2017, la classe TEBE et Mme Charlas ont été conviées par Mme de Riberolles (enseignante d’Histoire-Géographie) au Lycée Marseilleveyre dans le cadre des Rencontres de Printemps, Relais de la Mémoire juniors, sur le thème

Dans un premier temps, les élèves ont assisté à une conférence de l’historien Robert Mencherini intitulée : la visite à Marseille du Maréchal Pétain.
Etaient présents des lycéens allemands, polonais et anglais.
Pour la deuxième partie de la matinée, l’ensemble des participants ont été répartis en petits groupes afin de participer à une table ronde avec des témoins survivants du génocide perpétré durant la Seconde Guerre Mondiale.
A cette occasion, Luca Navarro, Enzo Bru et Mme Charlas ont rencontré M. Albert Veissid (93 ans), raflé à Lyon et déporté au camp d’extermination d’Auschwitz à l’âge de 19 ans. Ce fut un moment exceptionnel d’émotion d’entendre la survie de ce miraculé qui a passé cinq ans à côtoyer l’horreur et la mort.

Son souvenir le plus prégnant est quand un matin, il a subi une sélection organisée par les nazis au sein du camp, lorsqu’ils estimaient que les déportés gardés en vie pour travailler étaient en surnombre. Il s’agissait de les faire courir complètement nus. Les plus rapides étaient conservés comme main-d’oeuvre pour des tâches harassantes, les autres étaient envoyés à la chambre à gaz.

M. Veissid a montré le tatouage qu’il porte sur son avant-bras : une lettre et un numéro à jamais gravés sur sa peau, trace indélébile de son passage à Auschwitz.
Il a également raconté une histoire extraordinaire. Alors qu’il travaillait dans le camp, il a caché un papier où était écrit le nom de ses camarades de labeur et lui-même dans une bouteille enfouie dans un mur. Soixante ans plus tard, au hasard de travaux effectués, cette bouteille est découverte.
Des personnes ont fait de longues recherches pour retrouver Albert Veissid qui aujourd’hui est en possession de ce document.

Alexandre Gondran et Geoffrey Pithon ont, quant à eux, rencontré M. Albert Barbouth, enfant juif caché chez des paysans. Avant cela, il a connu le port de l’étoile juive. Alexandre et Geoffrey ont été horrifiés de découvrir durant ce témoignage jusqu’où les nazis ont poussé les actes de barbarie. M. Barbouth se souvient d’une image qui le hante encore alors qu’il se trouvait dans le camp d’internement de Drancy : à leur arrivée des soldats allemands ont arraché les boucles d’oreille d’une petite fille de cinq ans, il revoit son visage en sang et ses larmes.

Pierre Carénou et Hugo Heinrich étaient, eux, en présence de Mr Jean-Paul Chiny, président de l’ANACR 13 ( Association des Amis de la Résistance). Il a évoqué la faim, le froid et la période où la Marseillaise a été remplacée par le chant
« Maréchal, nous voilà ».
Entre 9 et 12 ans, il arrachait des affiches de propagande sur les murs de Marseille, il écoutait Radio Londres chez sa voisine.
Il a créé un site sur la résistance marseillaise.

Nous remercions chaleureusement le lycée Marseilleveyre de nous avoir permis de vivre ces rencontres exceptionnelles et tout particulièrement Mme de Riberolles, ainsi que Mr Rollin président de l’Association « Pour la Mémoire des déportés et des Résistants d’Europe ».

Portfolio

 
Lycée Professionnel Poinso-Chapuis – 49, traverse Parangon - 13008 Marseille – Responsable de publication : Mme Nathalie HAMM
Dernière mise à jour : vendredi 22 septembre 2017 – Tous droits réservés © 2008-2017, Académie d'Aix-Marseille